Devenez un
Expert en Spirométrie

Test de réversibilité

La réponse à un bronchodilatateur dest considérée comme positive si la variation du VEMS est > 12% de sa valeur initiale et > 200 mL en valeur absolue. Une augmentation isolée de la CVF, > 340 mL par exemple, peut résulter d'une meilleure coopération du sujet ou d'un effet limité du bronchodilatateur. Chez l'adulte, une augmentation du débit de pointe supérieure à 60 L/s a quelquefois été considérée comme représentative d'une réponse positive (Références 1). Une étude récente suggère que bien qu'il soit éventuellement possible de faire usage du débit de pointe (avec beaucoup de prudence) pour caractériser une obstruction des voies aériennes et éliminer une réponse positive à un agent bronchodilatateur, ce test ne doit jamais être employé en cas de toux chronique (Références 2). Cette pratique n'est pas en accord avec les recommandations ATS/ERS.

En accord avec les recommandations ATS/ERS les plus récentes (Références 1-2) les variations du VEMS comme de la CVF ou de tout autre index choisi doivent être exprimées en pourcentage de variation par rapport à la valeur initiale. Toutefois il convient de prendre en considération les éléments de réflexion qui suivent:

  1. Animation may take time to load
    Données cliniques portant sur les effets des corticostéroïdes
    La variation n'est pas proportionnelle à la valeur absolue initiale. Chez les patients dont la valeur initiale est basse la réponse du VEMS à un agent bronchodilatateur tend à être plus importante que celle observée lorsque la valeur initiale. est plus élevée. De fait, la réponse peut diminuer d'autant que le traitement aux corticostéroïdes se sera révélé plus efficace. (Voir l'animation) correspondante.
  2. La mesure itérative du VEMS à de courts intervalles de temps chez l'adulte montre que la variabilité de la mesure peut atteindre 200 mL (Référence 3). Cela représente 29% de variation pour un patient dont la valeur initiale est de 700 mL mais seulement 10% pour une valeur initiale de 2000 mL.

Chez le sujet normal les variations de VEMS ou de CVF induites par un agent bronchodilatateur sont au plus de 9 à 11% (Références 3). Si nous suivons les recommandations ATS/ERS (Références 3) d'exprimer les variations en pourcentage de la valeur initiale nous pouvons caractériser celles-ci comme suit:

Effet bronchodilatateur Augmentation du VEMS
aucun < 9% de la valeur initiale et < 200 mL
modéré entre 9% et 12% de la valeur initiale et/ou > 200 mL
positif > 12% de la valeur initiale

Relationship between airway resistance and FEV1 Le VEMS est l'index pulmonaire le mieux étudié, ce qui fait que la relation entre la mesure du VEMS et l'état clinique ou le pronostic des patients est amplement documentée. Il faut conserver à l'esprit qu'un petit accroissement du VEMS peut s'accompagner d'une forte chute des résistances des voies aériennes au volume courant de repos et donc d'une diminution du travail respiratoire, ce qui a une incidence clinique. De même une amélioration symptomatique peut s'observer sans augmentation significative du VEMS (Références 4).

Voir aussi:
Valeurs de références chez l'enfant, l'adolescent et l'adulte


Références 1 - CECA et ERS

  1. Quanjer PhH, Tammeling GJ, Cotes JE, Pedersen OF, Peslin R, Yernault JC. Lung volumes and forced ventilatory flows. Eur Respir J 1993; 6 suppl. 16: 5-40. Erratum Eur Respir J 1995; 8: 1629 (correction d'une erreur portant sur les équations) qui est la version révisée publiée en 1993 du rapport initial de 1983 de la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (CECA).
  2. Quanjer PhH (ed.) Standardized lung function testing. Bull Eur Physiopathol Respir 1983; 19 suppl. 5: 45-51. Les valeurs prédites sont restées inchangées dans la version révisée. Le rapport de 1993 a été repris officiellement par l'European Respiratory Society (ERS). Le chapitre suivant du rapport porte sur la spirométrie, les valeurs prédites et les tests de réversibilité bronchique:
    Quanjer PhH, Tammeling GJ, Cotes JE, Pedersen OF, Peslin R, Yernault JC. Lung volumes and forced ventilatory flows. Eur Respir J 1993; 6 suppl. 16: 5-40. Erratum Eur Respir J 1995; 8: 1629.

Références 2 - Il ne faut pas utiliser le débit de pointe pour évaluer l'obstruction bronchique

Thiadens HA, de Bock GH, van Houwelingen JC, Dekker FW, de Waal MWM, Springer MP, Postma DS. Can peak expiratory flow measurements reliably identify the presence of airway obstruction and bronchodilator response as assessed by FEV1 in primary care patients presenting with a persistent cough? Thorax 1999; 54: 1055-1060.

Références 3 - Articles portant sur la réversibilité bronchique

  1. Sourk RL, Nugent: Bronchodilator testing: confidence intervals derived from placebo inhalations. Am Rev Respir Dis 1983; 128: 153-157.
  2. Tweeddale PM, Alexander F, McHardy GJR. Short term variability in FEV1 and bronchodilator responsiveness in patients with obstructive ventilatory defects. Thorax 1987; 42: 487-490.
  3. Eliasson O, Degraff AC. The use of criteria for reversibility and obstruction to define patient groups for bronchodilator trials. Influence of clinical diagnosis, spirometric, and anthropometric variables. Am Rev Respir Dis 1985; 132: 858-864.
  4. Meslier N, Racineux JL. Tests of reversibility of airflow obstruction. Eur Respir Rev 1991; 1: 34-40.
  5. Quanjer PhH, Tammeling GJ, Cotes JE, Pedersen OF, Peslin R, Yernault JC. Lung volumes and forced ventilatory flows. Eur Respir J 1993; 6 suppl. 16: 5-40. Erratum Eur Respir J 1995; 8: 1629.
  6. Brand PLP, Quanjer PhH, Postma DS, Kerstjens HAM, Koëter GH, Dekhuyzen PNR, Sluiter HJ, Dutch CNSLD Study Group. Interpretation of bronchodilator response in patients with obstructive airway disease. Thorax 1992; 47: 429-436.
  7. Waalkens HJ, Merkus PJFM, van Essen-Zandvliet EEM, Brand PLP, Gerritsen J, Duiverman EJ, Kerrebijn KF, Knol K, Quanjer PhH. Dutch CNSLD Study Group. Assessment of bronchodilator response in children with asthma. Eur Respir J 1993; 6: 645-651.
  8. Casan P, Roca J, Sanchis J: Spirometric response to a bronchodialtor. Reference values for healthy children and adolescents. Bull Europ Physiopath Resp 1983; 19: 567-569.
  9. Pardos Martinez C, Fuertes Fernández-Espinar J, Nerín de la Puerta I, González Pérez-Yarza E: Cuándo se considera positivo el test de broncodilatación. Anales Españoles de Pediatria 2002; 57: 5-11.
  10. Dales RE, Spitzer WO, Tousignat P, Schechter M, Suissa S: Clinical interpretation of airway response to a bronchodilator. Epidemiologic considerations. Am Rev Respir Dis 1988; 138: 317-320.
  11. Pellegrino R, Viegi G, Brusasco V, et al. Interpretative strategies for lung function tests. ATS/ERS Task Force: Standardization of Lung Function Testing. Eur Respir J 2005; 26: 948-968.

Références 4 - Agents bronchodilatateurs et amélioration symptomatique

  1. Eliasson O, Degraff AC. The use of criteria for reversibility and obstruction to define patient groups for bronchodilator trials. Am Rev Respir Dis 1985; 132: 858-864.
  2. Guyatt GH, Townsend M, Nogradi S, Pugsley SO, Keller JL, Newhouse MT. Acute response to bronchodilator: an imperfect guide for bronchodilator therapy in chronic airflow limitation. Arch Intern Med 1988; 148: 1949-1952.
  3. Redelmeier DA, Goldstein RS, Min ST, Hyland RT. Spirometry and dyspnea in patients with COPD. When small differences mean little. Chest 1996; 109: 1163-1168.
Haut de la page | | | ©Philip H. Quanjer, Marc Zelter & André Capderou