Devenez un
Expert en Spirométrie

Le pourcentage de la valeur prédite comme source potentielle d'erreur

Distribution of residual of FEV1 versus age
Relation entre la dispersion du VEMS et l'âge, valeurs prédites figure en trait plein et la courbe de limite inférieure de la normale (5ème percentile) en pointillés.

Le nombre de publications qui font encore usage des pourcentages de la valeur prédite pour interpréter une spirométrie demeure très important. Cela s’explique par une mauvaise compréhension de la vraie signification de ces pourcentages et par le poids de l'habitude. L’utilisation du pourcentage de la valeur prédite n’a pas de fondement scientifique: "Il n'existe pas d'autre domaine en médecine où une approche aussi naïve du champ de la normalité est été adoptée" (Référence 1). De même il n’est pas légitime d’exprimer les variations observées lors d'une épreuve de réversibilité, en pourcentage de la valeur initiale, ici du fait du biais introduit par l'effet de la régression à la moyenne. L'usage intempestif du seuil à 80% comme limite inférieure de la valeur normale  n’a aucune justification scientifique.

Existe-t-il des situations où il serait possible de faire usage du pourcentage de la valeur prédite ? De fait uniquement quand la dispersion des valeurs normales est proportionnelle à la valeur prédite. En d’autres termes si dans un groupe de référence une valeur prédite faible est associée à une faible dispersion et une valeur prédite forte à une forte dispersion, donc s’il y a proportionnalité entre les valeurs prédites et leurs dispersions respectives. La figure montre la relation entre la dispersion du VEMS et l'âge chez des hommes asymptomatiques n’ayant jamais fumé. La courbe de régression des valeurs prédites figure en trait plein et la courbe de limite inférieure de la normale (5ème percentile) en pointillés. La figure n’offre aucun élément soutenant l’hypothèse que la dispersion soit d'autant plus grande que l'âge est élevé, ni chez les sujets jeunes (0-20 ans), ni chez les sujets adultes (20-80 ans); elle tend même à diminuer chez les sujets les plus âgés.

Voir aussi:
Erreur liée à l’utilisation du pourcentage de la valeur prédite chez l’adulte
Dispersion indépendante de la valeur moyenne

Références 1 – Ne pas utiliser le pourcentage de la valeur prédite chez l’adulte

  1. Sobol BJ. Assessment of ventilatory abnormality in the asymptomatic subject: an exercise in futility. Thorax 1966; 21: 445-449.
  2. Sobol BJ, Sobol PG. Percent of predicted as the limit of normal in pulmonary function testing: a statistically valid approach. Thorax 1979; 34: 1-3.
  3. Miller A. Prediction equations and ‘normal values’. In: Miller A, ed. Pulmonary function tests in clinical and occupational lung disease. New York, Grune & Stratton, 1986; 197-213.
  4. Miller MR, Pincock AC. Predicted values: how should we use them? Thorax 1988; 43: 265-267.
  5. Quanjer PhH. Predicted values: how should we use them (letter). Thorax 1988; 43: 663-664.
  6. ATS Statement. Lung function testing: selection of reference values and interpretative strategies. Am Rev Respir Dis 1991; 144: 1202-1218.
  7. Quanjer PhH, Tammeling GJ, Cotes JE, Pedersen OF, Peslin R, Yernault JC. Lung volumes and forced ventilatory flows. Eur Respir J 1993; 6 suppl. 16: 5-40. Erratum Eur Respir J 1995; 8: 1629.
  8. Stanojevic S, Wade A, Stocks J, et al. Reference ranges for spirometry across all ages. A new approach. Am J Respir Crit Care Med 2008; 177: 253–260.
  9. Miller MR, Quanjer PH, Swanney MP, Ruppel G, Enright PL. Interpreting lung function data using 80% predicted and fixed thresholds misclassifies more than 20% of patients. Chest 2011; 139; 52-59.
  10. Quanjer PH, Stanojevic S, Cole TJ et al. and the ERS Global Lung Function Initiative. Multi-ethnic reference values for spirometry for the 3-95 years age range: the Global Lung Function 2012 equations. Eur Respir J 2012; 40: 1324–1343.
Haut de la page | | | ©Philip H. Quanjer, Marc Zelter & André Capderou